Pages

18 juin 2010

L'affiliation pour Vauban Humanis et Assurtis

A l’occasion des campagnes en affiliation d’Assurtis et de Vauban Humanis, il est intéressant de revisiter cette technique marketing peu orthodoxe qu’est l’affiliation et d’analyser les choix stratégiques effectués par Vauban Humanis et Assurtis.
L’affiliation s’appuie technologiquement sur des plate-formes qui mettent en relation une marque avec des blogs et des «e-maileurs». Si les modes de rémunération de ces deux acteurs sont basés sur la performance, leurs profils sont très différents et proposent des logiques distinctes.

La Première logique est celle des blogs. Très nombreux et souvent le fait de particuliers, ils sont thématiques et permettent donc de toucher un lectorat par affinité. Mais, vos bannières y généreront à coup sûr très peu de clics. Je n’ai aucune explication à vous donner sur ce fait avéré. Ce qui rend les blogs inopérants en terme d’acquisition client mais efficace pour s'assurer une visibilité pratiquement gratuite puisque seuls les clics ou les achats sont commissionnés. L'intérêt de la publicité sur les blogs réside donc dans la notoriété générée à très faible coût.

La deuxième logique est celle des «e-maileurs».  Moins nombreux, ce sont des professionnels qui ont constitué des bases de plusieurs milliers d’adresses e-mail en achetant des fichiers et en les qualifiant via des jeux-concours. Ils vendent leur capacité à réaliser de grandes campagnes d’e-mailing sur telle ou telle typologie de prospects. Leur succès dépend de la pertinence de leurs bases vis-à-vis de votre produit. Le tarif de la fiche générée est proportionnel aux moyennes des marges du produit. Le prix est également un levier pour motiver les affiliés, surtout si votre produit n'a pas de notoriété. Par exemple, un formulaire en rachat de crédit peu rapporter à un "e-maileur affilié" jusqu'à 20 euros par formulaire rempli et seulement 6 euros pour une assurance santé d'une marque leader.

En suivant ces principes, Assurtis et Vauban Humanis ont dédié leurs campagnes uniquement aux "e-maileurs" parce-qu'ils avaient besoin prioritairement d'alimenter leurs commerciaux et d'augmenter leurs chiffres d'affaire. Si certains les trouvent trop intrusifs pour l'image de leur marque, les campagnes d’e-mails permettent de nombreux retours "leads", ce qui nécessite de pouvoir les traiter dans un laps de temps très court. C’est pour cela que bien souvent, une plate-forme téléphonique y est associée. De leurs côtés, si les bannières sur les blogs génèrent peu de retours, en revanche, ils sont lissés dans le temps. Pour tout comprendre et l'adapter à votre problématique, nous vous conseillons de nous contacter, Nouvelles Rives est très sollicitée pour ses recommandations stratégiques "acquisition client" !