Pages

18 mars 2009

L'identité visuelle d'AXA, a t-elle besoin d'un lifting ?



Filiale à 100 % de la Bourse de Luxembourg, la société CCLux a décidé de changer de nom pour mieux servir le marché européen. Finesti ? Un condensé des termes «Finance», «Fund», «Investment» et «Statistic», exprimés dans un néologisme de trois syllabes prononçables dans toutes les langues... Certe, mais très semblable à de nombreux autres noms de sociétés. La composition ferré à gauche et le picto en étoile sont conservés. On peut noter de l'importance de la typographie avec en détail le haut du "F" qui épouse le picto. Un chaleureux orange (apparemment incontournable) et un gris adoucissent l'ensemble. Tous ces choix vont dans le sens d'une discrétion luxembourgeoise bien étudiée.
En matière d'identité visuelle, chaque société est un cas unique, mais on peut saluer RENAULT qui depuis de nombreuses années a su petit à petit modifier son logotype afin de laisser cohabiter ancien et nouveau logo sans que cela soit un problème et sans que cela entraîne des frais excessif comme ce fût le cas pour l'ANPE en modifiant d'un seul coup toutes ses signalétiques. Alors que l'industrie automobile subit la crise de plein fouet, la marque aux chevrons - en profite pour se réinventer avec un nouveau logo, une nouvelle signature, une refonte de ses concessions et une nouvelle campagne de pub.
Ces demarches n'ont pas encore atteint notre champion national de l'assurance. Nul n'a besoin de travailler dans le design pour sentir que l'identité visuelle d'AXA aurait besoin d'un peu de travail. La police de caractère et les couleurs manquent aujourd'hui de modernité. Le logo incarne le projet de la marque, projet auquel le consommateur attache de plus en plus d'importance.